Images
Spéciales
Les Coins
Blagues
Vidéos
Jeux Flash
Animations
Trucs Fun
Divers
A Votre Service




Perles de la police


  1. Sa tête étant fêlée, son sang coulait sur lui en vagues gigantesques


  2. Le mur avançait à grand pas vers le véhicule


  3. La disparition de l'enfant a été signalée par ses parents dès son retour


  4. Aveugle de naissance, la femme n'avait rien vu venir


  5. Pour sortir, il est clair que l'homme avait d'abord dû entrer


  6. La chasse étant fermée à cette époque, il l'ouvrit lui-même tout seul


  7. Ivre au milieu de la rue principale du village, l'homme nous a traité de "sales flics", ignorant que nous étions des gendarmes


  8. La femme essayait de cacher son identité derrière ses larmes


  9. Sous couvert d'anonymat, tous ses crimes étaient signés


  10. La pauvre femme fut hospitalisée après avoir reçu les injures


  11. Les deux trous de balle étaient parfaitement groupés ensemble


  12. La station de police n'étant pas encore un hôpital psychiatrique, nous avons dû renvoyer le malade chez lui


  13. Personne n'ayant donné les ordres nécessaires, il n'était pas difficile d'y obéir


  14. N'ayant pas pu abuser de la jeune femme, il la viola sauvagement


  15. Les recherches ont permis de retrouver rapidement les 5 cadavres des 2 disparus


  16. Il était cloué sur son lit d'hôpital par deux coups de couteau au bras


  17. Soudain, la voiture recula pour mieux avancer


  18. L'infraction fut constatée par la brigade deux jours avant qu'elle ait lieu


  19. Nous avons été obligés de constater le décès avant que le mort nous décrive son agresseur


  20. Un violent coup de marteau l'avait cloue au lit depuis deux jours.


  21. Le pendu est mort noyé.


  22. Comme il devait être pris en charge au plus vite par un asile d'aliénés, il a été conduit a la gendarmerie.


  23. Malgré un taux d'alcoolémie de 3.8, le conducteur avait gardé toute sa lucidité pour écraser l'animal.


  24. Sous le coup de la colère, l'homme mangea une pomme en ricanant...


  25. C'est a l'intersection des deux routes que le mur a violemment heurte la voiture.


  26. Le cadavre ne semblait pas en possession de toutes ses facultés.


  27. Pour finir, l'interpelle avoua le vol ainsi que quelques autres meurtres.


  28. Si l'appel n'a pas obtenu de réponse, c'est qu'il est parvenu au poste vendredi en fin de matinée alors que le permanent de service venait de partir se coucher comme tous les jours à la même heure.


  29. Arrêté par les gendarmes, le voleur les a menacé d'appeler la police.


  30. Il est à noter que les deux véhicules sont entrés en collision l'un avec l'autre exactement le même jour.


  31. En nous priant d'accepter ses excuses, l'homme nous affirma que ses injures étaient bien l'expression de sa pensée et que l'incident était donc clos.


  32. Le trou de balle était si gros que nous avons pu y mettre deux doigts...


  33. L'animal n'a fait qu'une bouchée de la carrosserie du véhicule.


  34. L'homme a insiste pour nous présenter son préjudice qui ne mesurait en fait pas plus de dix centimètres...


  35. Le plaignant, visiblement en état d'ébriété, prétendait s'appeler Jésus et signa le formulaire d'une croix.


  36. Si nos gendarmes n'étaient pas intervenus, le viol n'aurait sûrement jamais eu lieu...


  37. L'homme, qui était aussi sourd que son épouse, ne semblait pas s'entendre très bien avec elle.


  38. L'homme niant toute culpabilité, nous l'avons arrêté...


  39. Le suspect s'est alors décide à passer des aveux complets pour nous prouver qu'il était pour rien dans cette affaire.


  40. L'homme nous déclara qu'il avait effectivement frappé son adversaire avec la manivelle mais en faisant bien attention à ne pas lui faire mal.


  41. L'homme avait essayé de cacher l'arme dans ses bottes, malheureusement pour lui, il s'agissait d'un fusil dont la longueur dépassait.


  42. Nous avons donc pu constater qu'il n'y avait rien à constater.


  43. Ses explications étaient si embrouillés que nous avons dû le relâcher faute d'avoir la preuve que nous pouvions comprendre ses explications.


  44. L'homme a menace l'adjudant que si on le prenait sur ce ton, lui aussi le prendrait sur ce ton.


  45. C'est la pluie qui empêcha le brigadier de s'apercevoir qu'il était mis a neiger.


  46. Interrogé par nos soins, l'homme a alors menacé de nous répondre si on continuait à l'interroger.


  47. L'homme nous raconta toute la vérité qui n'était en fait qu'un tissu de mensonges.


  48. Pendant tout l'interrogatoire, l'homme n'a cessé de nous dévisager avec ses propres yeux.


  49. Le cadavre de l'homme qui nous a été présenté correspondait bien à la description de la femme qui avait été vue par les différents témoins.


  50. L'homme courait à perdre haleine malgré sa jambe artificielle qui s'était décrochée.


  51. L'homme courait à perdre haleine malgré sa jambe artificielle qui s'était décrochée.


  52. Maîtrisé par nos soins, l'homme s'est enfui à toutes jambes.


  53. Les neufs coups de couteau sur le cou et le visage de la victime laissaient croire à une mort qui n'était pas naturelle.


  54. Si la fenêtre du bureau n'avait pas été ouverte, elle aurait été fermée, ce qui lui aurait permis de s'enfuir.


  55. L'intéressé nous donna alors de très nombreux détails qui portaient à croire que son épouse était bien la voleuse de sa femme.


  56. Vu les circonstances, nous avons été contraints d'arrêter le suspect en son absence.


  57. Pour se défendre, l'homme voulut lancer son genou aux parties de son agresseur qu'il dissimulait dans sa poche.


  58. L'homme n'accepta de signer la déposition que du bout des lèvres.


  59. L'homme avait tenté de forcer toutes les issues de la femme, sans parvenir à s'y introduire.


  60. Dès que l'homme fut abattu, nous avons pu procéder à son interrogatoire.


  61. La tête ne lui tenait plus que par la peau du derrière.


  62. Le coup porté à bout portant lui a enfoncé la moitié des dents dans les oreilles.


  63. Le défunt a formellement reconnu son agresseur.


  64. Cinq des trois suspects ont été relâchés.


  65. L'homme a juste eu le temps de déposer sa plainte sur le bureau avant de s'écrouler devant nos yeux qui n'ont rien compris.


  66. L'homme fut atteint au nez et aux narines.


  67. Le policier put frapper son agresseur à la tête sans difficultés, son arme étant parfaitement réglementaire.


  68. La mer était sa terre natale.


  69. Le suspect étant sans domicile fixe, les policiers purent le cueillir quand il sortit enfin de chez lui.


  70. L'homme avait suffisamment gardé la tête froide pour ranger soigneusement les morceaux du corps au congélateur.


  71. Mort sur le coup, l'homme avait déjà été victime d'un accident identique l'an dernier.


  72. Il avait culbuté une femme au milieu de la rue sans même prendre le temps de s'arrêter sur elle.


  73. Prétendant exercer le métier de peintre, l'homme fut incapable de nous en dire plus, et s'emmêla les pinceaux dans ses différentes explications.


  74. Percé de plusieurs balles, le cadavre flottait dans la rivière.







PARTAGER LA PAGE PAR E-MAIL









© Akenini.com  -  Akenini.fr  -  Bonplan.akenini.com  -  Version 3  -  Toute reproduction interdite - 0.0133s - 17/07/2018 15:36:44 - 25 -  Info cookies