Images
Spéciales
Les Coins
Blagues
Vidéos
Jeux Flash
Animations
Trucs Fun
Divers
A Votre Service





Bizarre


<<1...3456 7891011...42>>


- Coco fesse -

Images N°6046 - Coco fesse

Le cocotier de mer ou coco de mer (Lodoicea maldivica) est une espèce de palmiers (famille des Arécacées) originaire des Seychelles, et non des Maldives qui produit la plus grosse graine du monde. C'est un cocotier dont la noix est surnommée coco-fesses et peut faire une vingtaine de kilogrammes. De nombreux noms vernaculaires sont utilisés aux Seychelles : coco-fesse, coco jumeau, coco indécent et cul de négresse. Le terme coco de mer désigne aussi bien le fruit, la graine ou le palmier en entier.




Partager par email Soyez le 1er à laisser un commentaire ! Imprimer




- Velella velella -

Images N°6045 - Velella velella

La vélelle (Velella velella) est un cnidaire hydrozoaire pélagique. Contrairement aux apparences, il ne s'agit pas d'une méduse mais d'une colonie de polypes spécialisés. Elle fait partie du neuston, cette catégorie d'organismes aquatiques liés à la surface, et de ce que le biologiste marin Alister Hardy avait décrit sous le nom de « The Blue Fleet » (« la flotte bleue »), aux côtés de deux autres cnidaires : la porpite (Porpita porpita) et la physalie (Physalia physalis).

Elle se présente sous la forme d'un anneau cartilagineux bleu de forme ovale de 6 cm de longueur maximale, la partie centrale, translucide, est parcourue par des motifs ovoïdes de taille décroissante, et est surmontée d'une voile translucide, perpendiculaire au flotteur avec des motifs sinueux. Le flotteur porte des polypes sur sa face intérieure. Elle ne provoque pas d'urticaire pour l'homme. On les retrouve souvent échouées sur les rives au printemps et au début de l'été. Son nom diffère selon les régions et les pays : barque de la Saint-Jean, barque de la Saint-Pierre, méduse voilette, Jack-sail-by-the-wind (anglais), Segelqualle (allemand), velero (Espagnol), barchetta di San Pietro (Italien).

Source : Wikipedia

Photo ci-dessus un Porpita porpita

Porpita porpita

Cette espèce est pélagique, flottant à la surface des océans (pleuston) et faisant partie de ce que le biologiste marin Alister Hardy avait décrit sous le nom de « The Blue Fleet » (La Flottille Bleue), aux côtés de deux autres cnidaires : la physalie (Physalia physalis) et la vélelle (Velella velella). La porpite est notamment la proie du nudibranche Glaucus atlanticus  qui stocke les nématocystes de l'hydrozoaire, et des escargots marins du genre Janthina. (Nous avons déjà étudié le cas du Glaucus atlanticus cliquez-ici pour voir sa fiche)




Partager par email Soyez le 1er à laisser un commentaire ! Imprimer




- Tortue d'or ou Casside dorée -

Images N°6044 - Tortue d'or ou Casside dorée

Les cassides sont des insectes coléoptères de forme ovoïde ou ronde ce qui leur donne souvent l’apparence d’une tortue. C’est pourquoi la casside s’appelle aussi coléoptère-tortue ou encore scarabée-tortue. La tête est le plus souvent cachée, son corselet remontant jusqu’à constituer une sorte de casque. Quelques espèces ressemblent aux coccinelles, d’autres sont très colorées et leur carapace peut prendre une coloration or ou argent mais ces couleurs disparaissent lorsque l’insecte est effrayé et après sa mort. Il prend alors une couleur rouge terne tachetée de noir.

Source : lecomptoirdetitam




Partager par email Lire le 1er commentaire Imprimer




- Mygale bleu cobalt -

Images N°6043 - Mygale bleu cobalt

(HAPLOPELMA LIVIDUM) elle porte également le nom de Cobalt blue tarantula.

Cette variété de mygales réagit moyennement bien à la captivité, elle est en générale très agressive est rapide, mais peu avoir un comportement bien différent au sein de l'espèce. Introduite en élevage depuis peu.
Son agressivité se traduit par le fait qu'elle se dresse et essaie de mordre à la moindre alerte de plus son venin est fort actif chez l'homme; de nombreux cas de morsures sont recensés. En raison de son caractère variable, il convient de se méfier ce cette mygale et de ne pas chercher à la manipuler.

 

Caractérisée par une couleur toute particulière d'un bleu cobalt, variant un peu de la femelle au mâles qui sont un peu plus brun; elle est caractérisée comme une des plus belles mygales.


Étant donné leur morphologie et leur mode de vie, elles sont caractérisées de souterraine; elle sorte très peu, et ne permettent pas une très bonne observation.
Ce genre de mygales bouge beaucoup la nuit; elle est nocturne et ne sort pas la journée elle se tient a l'entrée de son terrier la soirée et la nuit.
Elle tisse beaucoup, renforce son terrier et fabrique souvent une toile d'alerte à la surface de son terrier.

La croissance est assez rapide et la mortalité faible.Il faudra attendre 3 à 4 années pour obtenir une Lividum adulte.
Son corps et ses pattes sont uniformément colorés d'un brun bleuté presque noir, agrémenté de reflets bleu métallique; très vifs après la mue et réactifs à la lumière du soleil. Le céphalothorax est un peu vert, cerclé de beige. La fovéa est très reculée vers l'abdomen. Le dessous de la mygale est uniformément noir.
Le mâle est plus terne comme les mygales asiatique en général. Les juvéniles ont le corps brun assez clair, "livide", les pattes présentent déjà des reflets bleus.


Source : passion-terrario




Partager par email Soyez le 1er à laisser un commentaire ! Imprimer






- Musaraigne étrusque -

Images N°6042 - Musaraigne étrusque

Le Pachyure étrusque (Suncus etruscus), ou musaraigne étrusque, est une espèce de musaraigne. Il s'agit du plus léger mammifère existant : il ne pèse que 1,8 gramme en moyenne pour une taille comprise entre 5,4 et 8,4 centimètres de long, queue comprise.

C'est un animal fin au museau allongé, aux dents totalement blanches et au pelage gris tirant sur le brun sur le dos. Il fréquente les milieux ensoleillés herbeux ou rocailleux.

Son activité est principalement nocturne et il est actif toute l'année. Son alimentation est à base d'insectes et de larves d'insectes.

Source : Wikipedia




Partager par email Soyez le 1er à laisser un commentaire ! Imprimer




- Chimère éléphant -

Images N°6041 - Chimère éléphant

La chimère éléphant ou masca laboureur (Callorhinchus milii) est une espèce de poisson cartilagineux de la sous-classe des chimères. Elle peut mesurer jusqu'à 125 cm de long. Elle doit son nom vernaculaire imagé à sa courte trompe qui lui permet de capturer des crustacés et autres animaux benthiques au fond des mers.

La chimère éléphant se trouve en Australie méridionale, en Tasmanie et en Nouvelle-Zélande. Elle vit près des eaux côtières de la plate-forme continentale entre 200 et 500 mètres de profondeur. Elle migre en eaux peu profondes pour pondre. Huit mois plus tard, les petits sortent de coquilles d'environ 15 cm, à l'aspect parcheminé.

Source : Wikipedia




Partager par email Soyez le 1er à laisser un commentaire ! Imprimer




- ILI PIKA -

Images N°6040 - ILI PIKA

L'animal ci-dessus est un ili pika (Ochotona iliensis) : un mammifère d'une vingtaine de centimètres de long qui vit dans les monts Tian, dans le nord-ouest de la Chine. Cette photo a été prise par Li Weidong, de l'Institut d'écologie et de géographie du Xinjiang, pendant l'été 2014. L'animal n'avait pas été photographié depuis vingt ans, écrit le National Geographic.

"J'ai découvert cette espèce, et je l'ai vue devenir une espèce en danger. Si j'assiste à son extinction, je me sentirai extrêmement coupable », déclare Li à CNN. Il souhaite que l'Etat établisse une zone protégée pour leur habitat. Selon lui, ce dernier a changé sous l'effet du réchauffement climatique. La fonte des neiges éternelles l'a poussé à vivre aux alentours de 4 000 mètres, estime-t-il, quand on le trouvait 1 000 mètres plus bas dans les années 1980. Ces animaux sont par ailleurs solitaires, et leur voix porte peu : ils savent mal se prévenir les uns les autres de l'arrivée d'un prédateur, selon Li. Il est possible que diverses maladies les aient également affectés."

Source : lemonde




Partager par email Soyez le 1er à laisser un commentaire ! Imprimer




- Poisson-éléphant -

Images N°6039 - Poisson-éléphant

Le poisson-éléphant (Gnathonemus petersii) est une espèce de poisson de la famille des mormyridés. On le surnomme poisson-éléphant car il possède un barbillon en forme de trompe très spécifique au genre Gnathonemus et son cerveau est étonnamment développé. Ce poisson semi-nocturne possède un comportement social particulier. C'est l'espèce de poisson-éléphant la plus courante en aquariophilie.

C'est un poisson timide, qui apparaît surtout la nuit et passe son temps à fouiller le sable à l'aide de sa trompe. Il est sociable avec les autres poissons, et peut se déplacer en groupe d'une dizaine d'individus, mais lorsqu'il est maintenu dans un petit volume, il peut devenir plus ou moins agressif avec ses congénères.

Source : Wikipedia




Partager par email Soyez le 1er à laisser un commentaire ! Imprimer






- Le Globulare Bocydium du Brésil -

Images N°6038 - Le Globulare Bocydium du Brésil

Le globulare Bocydium du Brésil, est un insècte étrange de la famille des Membracidae, dont la caractéristique est d’avoir un protonum hypertrophié. L’une des créatures les plus bizarres du monde.

L’étrange insecte de la famille des Membracidae est une sorte de cigale ou de sauterelle, avec un ornement au dessus de la tête. Selon la biologiste qui a découvert l’espèce, ce serait une défense contre les prédateurs. Leurs formes varient grandement mais elles sont manifestement de la même espèce. Comme les autres insectes de la même famille, ils se nourrissent de sève.

Source : one360.eu




Partager par email Soyez le 1er à laisser un commentaire ! Imprimer




- Un veau à deux têtes -

Images N°6037 - Un veau à deux têtes

"Il s'agit d'un bicéphale incomplet, avec un seul cerveau, mais deux museaux et visages, quatre yeux, et une seule corne", a déclaré à l'AFP le professeur Jorge Portal, vétérinaire auprès de l'Université publique de Cajamarca (870 km au nord de Lima), où le veau est en observation constante.

Selon le vétérinaire, les causes de la rare malformation peuvent être multiples, entre des problèmes des parasites, de malnutrition, de contamination par un produit utilisé dans l'extraction minière, entre autres.

L'animal, qui à cause de problèmes de développement ne peut être nourri qu'au lait, est né dans dans une étable du village de Bambamarca, où il a dans un premier temps perturbé la population.

"Au début, les gens voulaient tuer et brûler le veau, car ils pensaient qu'il était un mauvais présage pour les prochaines récoltes", a expliqué l'universitaire. En principe, les animaux bicéphales ne survivent que quelques jours, mais le veau a bien récupéré, et a été transféré à l'Université de Cajamarca, où il est devenu à la fois un sujet d'observation et la mascotte des étudiants, qui l'ont baptisé "Milagritos" (Petit miracle).




Partager par email Soyez le 1er à laisser un commentaire ! Imprimer



<<1...3456 7891011...42>>



PARTAGER LA PAGE PAR E-MAIL
OU









© Akenini.com  -  Akenini.fr  -  Bonplan.akenini.com  -  Version 3  -  Toute reproduction interdite - 0.0295s - 26/06/2017 14:03:49 - 36

   Pour une navigation optimale sur le web, télécharger la dernière version de votre navigateur web. Akenini vous recommande: Pour une navigation plus rapide sur le web, utilisez Firefox Pour une navigation plus rapide sur le web, utilisez Google Chrome